Osons la Pause !


Et si on sortait de notre train train quotidien une seconde ?
Et si on prenait le temps de réfléchir sur soi : qui sommes nous ?  D’où vient-on ? Qu’est ce qui nous anime ? Bref, et si on osait la pause ?  

Une société inclusive est une société où chacun d’entre nous trouve sa place; mais encore faut-il savoir quelle est cette place ! Cette problématique prend de plus en plus d’ampleur et touche toute strate de la société. Certains ont la chance d’être appelés à des vocations bien spécifiques très jeune. Par exemple, je pense à ma soeur qui enfant, jouait au docteur et qui est est devenue médecin ! D ’autres mettent du temps à se découvrir et mûrissent leur projet au fil de leurs expériences. D’autres aussi passent leur vie à ne pas s’écouter. Et on arrive vite à une bonne vieille crise de la quarantaine qui arrive de plus en plus tôt.

Et dans tout ça, rares sont ceux qui s’offrent une pause.

Au cours de ce dernier mois, les immersions nous ont interpellés sur ces sujets : sur l’importance de découvrir ses forces, ses faiblesses, ses rêves, ses aspirations et notamment sur la construction des projets de vie.

Encore faut-il pouvoir prendre le temps et se poser les bonnes questions !

En d’autres mots, comment découvrir un chemin unique qui nous ressemble ?


Egalité des chances
 
Plus j’y pense et plus je me dis que ces questions qui semblent être universelles ne le sont pas tant que ça. Est ce qu’une mère célibataire qui peine à joindre les 2 bouts osera la pause? Certainement pas. La question de l’argent reste primordiale : lorsque l’on est issu d’un milieu modeste, il est normal d’aspirer à plus d’argent : s’offrir des vacances de rêves, une belle maison … L’épanouissement personnel n’est alors pas une priorité. En outre, l’entre soi et le communautarisme de certains quartiers ne facilitent pas l’ouverture, la découverte, et, en somme, l’élargissement du champ des possibles !

 

C’est souvent quand on a la possibilité de s’offrir tout ça, quand on a suffisamment de bagages en matière d’études, d'expériences professionnelles, d’ouverture, de réseau, que l’on prend le luxe de s’offrir une pause. Et oui, celle-ci est un luxe. Voilà pourquoi l’enjeu de l’égalité des chances est central : sans lui, comment avoir confiance en l’avenir, comment s’offrir le luxe de rêver ?

A Paris, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir l’association Sport dans la ville. Son histoire démarre au cœur des quartiers sensibles sur des terrains de sport où les éducateurs sportifs créent un lien humain avec chaque jeune et travaillent sur leur développement personnel. Une fois ce lien créé, alors les possibles s’offrent aux jeunes. Découverte des métiers, voyages à l’étranger, camps de vacances, opportunités professionnelles ; tout est mis en place pour faire vivre des expériences fortes hors du quartier et leur ouvrir les yeux sur d’autres réalités.

Etre accompagné; sentir que les options s’offrent à nous, que l’univers des possibles s’élargit; voilà des éléments clés qui permettent de souffler, et de finalement se poser la question : c’est quoi mon projet de vie ?


Construire son projet de vie
 
Construire son projet de vie, c’est d’abord le temps de la réflexion. Je me rappelle les mots de  Kadie, une jeune descolarisée accompagnée par Teame, qui résonnent encore en moi :
“Ici, ce n’est pas comme à l'école ! Les conseillères d'orientation ne me montraient pas tous les choix possibles : on nous demande de choisir notre orientation professionnelle dès la 3ème ! Je n’aime pas le fait de tout enchaîner d’un coup, sans prendre le temps de réfléchir sur soi. Ici, on peut solliciter des intervenants en fonction de ses envies. »
 
Et oui : préparer son avenir, c’est un enjeu fort, quel que soit l’endroit de la planète où l’on se trouve. Wanda, une jeune indonésienne de 18 ans en formation avec l’association Life Project For Youth nous avait offert un merveilleux témoignage en ce sens : “
Un de mes meilleurs souvenirs à LP4Y, c’est quand j’ai été maître de cérémonie pour les présentations de nos Projets de Vie. C’est un événement important de notre parcours, où, un par un, nous présentons aux autres qui nous sommes et qui l’on veut devenir. Pour la première fois de notre vie, on se projette sérieusement dans le futur et on expose nos rêves et nos objectifs.”

Au sein de cette association, le projet de vie est  au cœur de la progression du jeune vers sa liberté, démarche essentielle pour lui permettre d’être acteur de sa vie et de s’engager à son tour au sein de sa communauté.
 

Un chemin sinueux
 

Une fois le chemin dessiné de milles couleurs et imprégné de rêves et de fantaisies, voilà le temps de la réalité, de la mise en pratique et des difficultés.

Heureusement, certains outils permettent d’accompagner chacun dans la construction de son projet. Chez Qosqo Maki, au Pérou, le rôle de l’éducateur est de créer des espaces de discussion avec l’enfant afin qu’il puisse mieux se connaître. De plus, la bienveillance de l’équipe accompagnatrice est essentielle afin que le jeune se sente en confiance. Chez LP4Y, chaque jeune possède un “Life Project Book” qui rassemble des outils de développement personnel. Cela, lui permet de progresser dans sa connaissance de soi et dans la construction de son projet.

C’est pourquoi, la question de la connaissance de soi et du cap que l’on veut donner à sa vie est primordiale : elle doit influencer chaque décision et donner du sens à notre quotidien. C’est seulement alors que l’on peut créer un chemin qui nous ressemble !  Comme le dirait le poète Paolo Coelho en nous invitant à méditer : “Chacun de nous, en sa prime jeunesse, sait quelle est sa Légende Personnelle. Accomplir sa légende personnelle est la seule ET unique obligation des hommes.”

Florence et Victorine

Article publié le 4 septembre 2018

Restons connectés !

Insta 2.jpg

Facebook

Newsletter

Email

Instagram