ORFANATO DORETEA

Un dortoir hors du commun

 

En passant le seuil de l’orphelinat « Orfanato Dorotea Carrion », me voilà confrontée à une dure réalité : celle de jeunes filles de la région de Loja, au sud de l’Equateur abandonnées ou en danger au sein de leur propre famille.

Dans ce pays, la violence de genre est monnaie courante; 7 femmes sur 10 en sont victimes au cours de leur vie.

 

Généralement, pour les protéger, la loi implique un placement en famille d’accueil après le dépôt d’une plainte et d’une enquête judiciaire. Malheureusement, les intentions de ces familles ne sont pas toujours les meilleures.... D’autant plus, qu’une fois placées, il n’y pas de réel suivi des enfants.

Dans ce contexte, les sœurs ont décidé de créer un orphelinat afin de rassembler ces adolescentes au sein d’une même maison, dans le centre de Loja et leur offrir un lit, des vêtements mais surtout une présence et un accompagnement personnel. Se reconstruire et prendre confiance en soi nécessite beaucoup de patience pour ces 21 jeunes filles âgées entre 8 et 18 ans ainsi que beaucoup d’amour de la part des 10 sœurs et des 10 tutrices.

 

Je rencontre la sœur Vicenta qui est  à l’œuvre depuis 18 ans au sein du centre. D’un ton grave, celle-ci nous confie le passé d’une jeune, abusée par son père, son frère et son oncle. Un long silence suit ce témoignage. Comment retrouver confiance en l’autre après un tel traumatisme ? « Elles arrivent détruites moralement ; il faut les occuper pour éviter qu’elles ne pensent trop » nous précise la sœur Vicenta.

Cependant, les sourires de ces jeunes filles et leur complicité témoignent d’une grande résilience et d’une volonté d’aller de l’avant.

Les filles s'amusent dans le jardin du centre

Chaque semaine, après l’école, de nombreux ateliers apportent une touche artistique à leur quotidien avec des créations de colliers en perle, d’arbres en pâte à sel ou du jardinage. Aujourd’hui, l’heure est à la danse et plus particulièrement au « reggaeton » ! Un partenariat est en cours avec l’université publique de la ville pour diversifier les ateliers mais surtout pour favoriser les rencontres et leur faire découvrir différents parcours de vie.


D’ailleurs, notre arrivée au centre a suscité bien des questions notamment sur le voyage, les passions et les études. Quatre d’entre elles souhaitent devenir médecin ou travailler dans le social. Marianne âgée de 16 ans et arrivée il y 2 ans au centre, nous explique : « Je souhaiterais plus tard aider des enfants en difficulté ! ». Avoir l’envie de donner quand on reçoit beaucoup ? Sans doute.

 

Des ateliers d’éveil à la citoyenneté leur permettent également d’apprendre par elles-mêmes ce que signifie « le bien vivre ensemble » et de devenir les actrices principales de leur vie ! Conviés à participer à l’atelier sur le respect, nous réfléchissons avec elles à comment incarner le respect dans notre quotidien. « Écouter les opinions différentes », « Ne pas insulter », « Saluer les personnes », etc. Les réponses fusent !

En participant aux tâches quotidiennes de leur lieu de vie comme nettoyer le sol, laver le linge ou dresser la table, celles-ci apprennent aussi à avoir des responsabilités.

Récentes créations 

L’accompagnement personnel s’est consolidé au fil des années afin de bannir des pratiques néfastes pour l’intérêt de l’enfant. Par exemple, chaque fille devait autrefois raconter les raisons douloureuses de son arrivée au centre devant l’ensemble de l’équipe accompagnatrice. Contrariée par cette pratique contraire au respect de la dignité, la Sœur Vicenta a décidé d’y remédier.

Désormais, l’équipe accompagnatrice se coordonne et se tient informée des confidences des enfants faites à l’une ou à l’autre. Une vigilance est également accordée à l’influence que peuvent avoir les familles lors des rencontres hebdomadaires possibles. Il n’est pas rare que certaines demandent aux jeunes filles de revenir…malgré la violence ou les abus. C’est pourquoi, une accompagnatrice est toujours présente lors de ces rencontres. Une psychologue est également à disposition des jeunes filles pour les accompagner et les écouter.

Dominica, Celene, Jenifer et Daniela

En partant, ce n’est pas l’image d’un orphelinat que l’on retient mais davantage l’image d’une famille soucieuse de transmettre des valeurs de respect, de partage, de confiance…Une famille aimante !

Article publié le 26 juillet 2018 

 

LES INFORMATIONS CLÉS

QUI

Orfanato Dorotea

QUOI

Accompagner des jeunes filles et adolescentes en situation de vulnérabilité 

Loja (Equateur)

POINTS FORTS

Lieu bienveillant et protecteur pour ces enfants
Ateliers artistiques et d'éveil à la citoyenneté

COMMENT AIDER

En devenant volontaire
En faisant des dons matériels ou financiers

 

CONTACT

lidiapomas@gmail.com

Restons connectés !

Insta 2.jpg

Facebook

Newsletter

Email

Instagram