TOUT ATOUT

Chapeau l'artiste !

En ouvrant la porte de Tout Atout,

je découvre avec émerveillement comment les arts peuvent être synonymes de remobilisation, d'insertion sociale, d'ouverture d'esprit et surtout, de rassemblement.

12 avril. Je suis invitée à la répétition générale du projet artistique porté par 10 jeunes de l'association Tout Atout.

 

Dans ce lieu culturel emblématique de Rennes, une pointe de stress se fait sentir : il reste aux jeunes une après-midi pour finaliser l'installation des 3 salles que le public arpentera le lendemain lors de la représentation finale.
 

Jérome, le coordinateur de Tout Atout, m'explique que ces jeunes viennent de plusieurs centres sociaux partenaires et que leur objectif est de favoriser leur insertion sociale et leur ouverture culturelle en leur proposant de se remobiliser via à un projet artistique.


"L'année dernière, les jeunes ont fabriqué dans un fablab des instruments de musique qu'ils ont appris à jouer, et ils ont créé avec des musiciens rennais des morceaux qu’ils ont joué en public.", m'explique t'il. "Cette année, on travaille sur une thématique très particulière : à l'heure du numérique et des fausses informations : comment est ce que l'on peut se construire un esprit critique en s'éduquant à l'image et à la fabrique médiatique. L'objectif est que le public ne sache pas à quoi s'attendre et qu'il se fasse piéger ! "
 
J'accepte de servir de cobaye : je suis le parcours en passant par une salle de visionnage d'un reportage, puis j'entre dans une antichambre où certains problèmes techniques rendent l'ambiance plus qu’inquiétante, je finis par rentrer dans une boîte noire où, après avoir passé un masque, je suis une chorégraphie dont les mouvements sont indiqués par une voix. Et l’effet est sans appel : j'en sors complètement interloquée et bien bousculée.

La boîte noire où le public se fait pieger

Après le parcours, place au débrief : les jeunes expliquent comment le reportage que j'ai visionné est monté de toute pièce, que la mise en scène destinée à faire croire à un problème technique est le résultat d'un jeu d'acteur bien rodé et que la chorégraphie nous invite à réfléchir sur notre capacité à nous laisser manipuler.
 

"Ce qui me plait dans ce projet, c'est que c'est un projet ouvert : ouvert au questionnement, ouvert sur le monde, ouvert à tous." me dit Pierre, un jeune impliqué dans le projet depuis le début. "Les arts nous apportent plus de curiosité et de questionnement, ils nous font découvrir des univers auxquels on ne serait pas sensible au premier abord. "
 
Cette journée, c'est l'aboutissement de 6 mois de travail, à raison de 2 après-midi par semaine, travail accompagné par la performeuse Elisa Le Merrer et la réalisatrice Pauline Goasmat. "J'appréhendais au début du projet car ces jeunes n'ont aucune formation artistique, mais c'est un plaisir de travailler avec eux, leur spontanéité est géniale ! " s'exclame Elisa. En discutant avec elle, je réalise à quel point ce projet est très formateur pour les jeunes : écriture, interview, montage, vidéo, son, théâtre; les compétences acquises sont multiples.

 

Elle précise : "Nous offrons le cadre et les jeunes nourrissent le projet de A à Z ".

Pauline Goasmat, en pleine session de brainstorming sur le nom du spectacle

Pendant la répétition générale, Constance, une jeune de 19 ans, attire particulièrement mon attention de part sa réactivité et son dynamisme. Je ressens rapidement à quel point elle est investie dans le projet.
 
3 mois auparavant, j'avais eu le plaisir d'assister à une séance de préparation de la chorégraphie en compagnie d'Elisa et les jeunes, et Constance m'avait parue beaucoup plus en retrait.

 

Ce n'est qu'en discutant avec elle que je comprends ce décalage : "Je peux être super timide et je perds souvent confiance en moi. Mais le fait que l'on soit un groupe et qu'on se dise, ok, on a une représentation dans 6 mois, qu'est ce qu'on fait ? Ça m'a forcée à sortir de moi. Ce projet me donne une excuse pour me lâcher, pour prendre confiance en moi". Elle conclut en riant: "Ce n'est pas moi qui ait pris le projet, c'est le projet qui m'a pris ! ".
 
Effectivement, pendant cette séance, j'étais impressionnée par la capacité d'Elisa à encadrer les jeunes sans pour autant les orienter. C'est à ce moment que je me suis rendue compte à quel point leur projet leur appartenait complètement.

 

Session de création de la chorégraphie avec Elisa Le Merrer et les jeunes

J'en parle à Jérôme et celui-ci va plus loin en disant qu'ils se révèlent au fur et à mesure qu'ils s'approprient le projet : "Imène, c'est une jeune archi - timide , j'ai jamais vu ça. Puis viens le premier atelier théâtre, et Elisa lui demande de jouer une scène, et là, c'est la révélation !  On découvre une Imène hyper libérée, une véritable actrice ! Finalement, chacun se révèle à un endroit et sera mis en valeur par rapport à cet endroit."
 

C'est à Constance que je laisse le mot de la fin : "Pour moi les arts, c'est laisser un espace pour permettre à pleins de gens différents de se rassembler."

Article publié le 17 mai 2018

 

LES INFORMATIONS CLÉS

 

QUI

Tout Atout, Générateur de mouvements

QUOI

Permettre à des jeunes dans une dynamique d'insertion de s'émanciper par la création artistique

Accompagnement des jeunes individuellement vers une réalisation collective pour valoriser le potentiel de chacun

 

40 rue champion de cicé

35000 Rennes

CRITÈRES D'ENTRÉE

Avoir entre 15 et 35 ans

Etre accompagné par une structure partenaire de l'association

S'engager sur la durée du projet artistique

 

CONTACT

Tél: 06 59 95 75 27
Email: coordination@toutatout.org

Restons connectés !

Insta 2.jpg

Facebook

Newsletter

Email

Instagram